Un couteau de chef

Le secret d’une cuisine réussie ? Des couteaux parfaitement aiguisés. Nul besoin d’être chef pour le savoir ! Les couteaux de cuisine suisses Victorinox sont incroyablement tranchants et parfaitement équilibrés.

Acheter – Set de 3 Service à découper Acier Inoxydable

L’histoire du couteau suisse :

À la fin des années 1880, l’armée suisse décide d’acheter un nouveau couteau pliant pour ses soldats, devant servir entre autres à manger et à démonter le fusil d’ordonnance. Les outils inclus sur ce modèle sont une lame, un ouvre-boîte, un tournevis plat et un poinçon.

En janvier 1891, l’armée suisse déclare ce couteau bon pour le service, sous le nom « Modèle 1890 ». Celui-ci a une poignée en bois de chêne noirci (certains ont ensuite été fabriqués en ébène).

Comme, à cette époque, aucune société suisse n’a la capacité de production nécessaire, les quinze mille premiers couteaux sont livrés par le fabricant allemand de couteaux Wester & Co. de Solingen en octobre 1891. Déjà, à la fin de 1891, la compagnie Karl Elsener (en) à Ibach dans le canton de Schwyz, qui devient par la suite Victorinox, a pris le relais. De nombreux autres fabricants de couteaux d’Allemagne et de Suisse ont fabriqué ces couteaux et les modèles suivants, y compris la firme créée en 1893 à Delémont sous le nom de Paul Boéchat & Cie, et qui devient plus tard Wenger SA.

Jusque dans les années 1990, les couteaux remis aux militaires suisses portent un poinçon avec les lettres KMV (Abréviation de KriegsmaterialverwaltungIntendance du matériel de guerre en français).

En 2005, Wenger est racheté par son concurrent Victorinox, à la suite de difficultés financières depuis 2001, mais continue comme marque distincte. Selon Victorinox, ce rachat a pour but d’empêcher une reprise par des investisseurs étrangers, qui aurait pu ternir la réputation du couteau suisse.

1918, le fondateur de la célèbre marque Nathan Swartz, débarque de sa Russie natale et commence dans l’usine Abington Shoe Company dans le Massachusetts. Son talent et sa ténacité lui permet de gravir un à un les échelons pour, enfin, devenir propriétaire. En 1960, l’entreprise est déjà synonyme de révolution ! Elle produit la première chaussure véritablement étanche, immédiatement adoptée par les bûcherons de la Nouvelle Angleterre. Elle fait également évoluer la chaussure de chantier. Suite à la notoriété florissante de la fameuse botte jaune, Abington Shoe Company devient Timberland en 1973.

Découvrir l’histoire de la marque
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *